PSYCHOLOGUE-ILE DE LA REUNION-974-psychothérapeute-974-ile de la Réunion-sexo-974, GOULOIS David

PSYCHOLOGUE-ILE DE LA REUNION-974-psychothérapeute-974-ile de la Réunion-sexo-974, GOULOIS David

Mon chéri veut mater du porno à deux. Est-ce une pratique signe d’une déviance sexuelle ? GOULOIS David Psychologue-Sexologue 974

Mon chéri veut mater du porno à deux. Est-ce une pratique signe d’une déviance sexuelle ?

 

 

Essentielle : Regarder du porno à deux : est-ce une pratique habituelle pour des couples ?

 

David GOULOIS : L’on ne peut pas dire qu’il s’agit d’une demande courante, mais il faut bien reconnaître qu’avec internet, la consommation individuelle et conjugale a augmentée. De plus, dans les pays occidentaux, la pornographie s’est un peu plus banalisée (malheureusement ou non).

 

Essentielle : Pourquoi cette proposition du mari peut choquer sa compagne ?

 

David GOULOIS : Parce qu’elle peut être perçue comme une demande pervers de la part du conjoint. Et parce que la femme imagine qu’elle ne satisfait pas assez son compagnon, et que  c’est pour cela qu’il souhaite en regarder avec elle. Et même, s’il propose de le regarder en couple, pour madame, c’est qu’il le fait déjà seul (elle a raison, mais jusqu’à présent, elle pensait naïvement que son mari « « était tellement différent, mieux que les autres »…). Elle dit aussi qu’il lui cache peut-être d’autres choses, comme une amante…La femme ne supporte pas l’idée qu’elle ne soit pas le seul objet de désir de son compagnon, parce qu’elle réfléchie comme une femme à la place de son homme : elle ne dissocie pas sexe et amour, et pense que s’il désire une autre femme, il peut aimer cette autre femme. Elle a donc peur d’être abandonnée.

Par ailleurs, dans la culture très traditionnelle, le porno est vu comme quelque chose de diabolique, donc en regarder avec son conjoint, c’est aller directement en enfer avec lui (à peu de chose près).

Enfin, madame peut avoir peur qu’après cette demande à visionner du X, monsieur demande encore plus.

 

Essentielle : Est-ce que cette demande est un signe de déviance sexuelle ?

 

David GOULOIS : Pas nécessairement. Il n’est pas inintéressant de visionner du porno, pour peu que l’on ne tombe pas dans l’addiction. L’on parle de « fétichisme à la pornographie » si le conjoint ne peut envisager de jouir sans avoir visionner avant ou pendant un film pornographique. C’est un problème si le conjoint ne partage pas ce fétichisme ; il faut alors trouver un compromis : un jour sans, un jour avec par exemple.

 

Essentielle : Quels sont les avantages à regarder du porno à deux ?

 

David GOULOIS : Cela peut donner quelques idées au couple, et peut débrider celui ou celle qui est « coincée ». Après, cela peut faire peur aussi. C’est  aussi, en quelques sorte, avoir un rapport à plusieurs mais virtuel. Le couple qui regardent s’associe au couple de la télévision.

Quoi qu’il en soit, lorsqu’on souhaite que sa compagne ou compagnon regarde du X avec soi, mieux vaut y aller en douceur et ne pas montrer des films sado-masochistes à quelqu’un d’initialement prude… Il faut considérer qu’une sexualité épanouie permet d’accéder à une vie quotidienne épanouie, est inversement. Aussi, si le visionnage de pornographie permet pourquoi pas, de libérer quelques insatisfactions ; mais il ne doit pas être imposé.

 

Essentielle : Si la femme ne le souhaite pas, comment refuser sans heurter ?

 

David GOULOIS : Il faut voir si cela est aussi important que cela pour le conjoint. Et pourquoi, avait-il ce fantasme là ? Peut-être voulait-il lui faire passer un message qu’il n’ose pas effectuer verbalement ? Si madame refuse, il faut qu’elle argumente sur le pourquoi. Et qu’elle propose une communication franche sur les fantasmes de monsieur et sur les siens propres. Regarder du porno c’est jouir par procuration (identification à celui qui est dans l’image). Aussi, cela témoigne d’une (légère ou grande) insatisfaction de la vie sexuelle conjugale actuelle. Ce qui est bien plus courant qu’on ne le croit.

A noter que ce n’est pas nécessairement le couple en lui-même le source d’insatisfaction, cela peut être un fantasme inscrit chez l’individu bien avant la rencontre du partenaire actuel. Auquel cas, il s’agirait d’un fantasme voyeur-exhibitionniste inscrit depuis l’enfance.

 

 

 

Publié dans le magazine Essentielle.

 

 

 

 



11/06/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 71 autres membres