Les bruits vaginaux au lit : what’s this ?

Les bruits vaginaux au lit : what’s this ?

Au moment de la relation sexuelle, le vagin vit souvent sa propre vie…surtout en ce qui concerne les émissions sonores. Qu’est-ce qui provoquent ces bruits ? Doit-on en avoir honte ? Réponse de l’expert et anecdotes cocasses de notre contributrices.

Essentielle : Les bruits vaginaux existent… ou s’agit-il d’un mythe ?

David Goulois : Le « pet vaginal » se produit lors de la pénétration, où tout du moins lorsque le pénis « sort » de la zone vaginal en plein acte. Pour faire simple, la pénétration à provoqué un appel d’air, qui ressort tout simplement. Son bruit ressemble fortement au pet anal, mais la cause n’est donc absolument pas la même.

Essentielle : Qu’est-ce qui les provoquent ?

David Goulois : c’est souvent en lien avec un relâchement du périnée. Il se manifeste souvent après le premier accouchement. S’il perdure, la rééducation de la zone par le masseur-kinésithérapeute ou la sage-femme est nécessaire. En fait, certaines positions sexuelles le provoquent plus facilement. C’est selon « l’emboîtement » des partenaires.

Essentielle : Faut-il en avoir honte ?

David Goulois : mieux vaut le prendre avec rire, cela n’est pas honteux et arrive à un moment ou à un autre, à toutes les femmes. C’est plus compliqué lorsque le pet arrive au moment d’un exercice physique surtout en présence d’autres personnes.

Essentielle : Peuvent-ils être symptomatiques d’un problème de santé ?

David Goulois : Dans de rare cas il peut y avoir une origine uro-gynécologique. C’est aussi possiblement en lien avec une fistule lié à un abouchement (mauvaise formation de canaux) entre le colon et le vagin. D’où l’intérêt de consulter son médecin avant toute chose et si le fait est trop récurrent.

Essentielle : Comment réagir face à un homme surpris de ces occurrences audibles ?

David Goulois : Etant donné qu’il est lié à l’excitation de la femme, l’homme peut s’en sentir « honoré ». Et l’homme peut aussi en être responsable, si le gland est important : il y a ainsi un différentiel entre la verge et son extrémité ce qui emprisonne l’air pour le sortir au « mauvais moment ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.