PSYCHOLOGUE-ILE DE LA REUNION-974-psychothérapeute-974-ile de la Réunion-sexo-974, GOULOIS David

PSYCHOLOGUE-ILE DE LA REUNION-974-psychothérapeute-974-ile de la Réunion-sexo-974, GOULOIS David

La première fois :

La première fois PSY 974 ILE DE LA REUNION:

psychologue ILE DE LA REUNION 974 psychothérapeute ILE DE LA REUNION 974 -sexologue ILE DE LA REUNION 974, goulois david cabinet à St Pierre 0693917865.  

Les premiers rapports sexuels ne laissent jamais indifférent.

Même si souvent ils ne sont pas à la hauteur de ce qu'on imagine, la préparation, la mise en situation sont toujours, quelque part des événements.

Et ils resteront toujours gravé dans les mémoires.

Car même s'il s'agit de prendre et de donner du plaisir, le sexe est bien une affaire… « sérieuse ».

Petit tour de la question :

 

1)      En parler avant, pendant, après : c'est préférable. Mieux vaut être honnête réciproquement. Il ne faut pas avoir honte d'être toujours vierge. Il y a toujours une première fois à tout ! Il faut parler de ses craintes, de ses angoisse par rapport à la chose. Et le plus simplement possible ! Il faut en parler avec ses amis (les vrais amis ne se moquent pas ; l'on pourrait même apprendre qu'au-delà de faire « les verts » avec le sujet, ils sont parfois bien ignorants voir limités sur la question !).  Parler le plus simplement possible c'est ne pas avoir peur des mots : une fellation, c'est une fellation un  point c'est tout. En parler aussi après : en parler avec sa compagne, son compagnon. Pourquoi l'on a pas aimé ceci, cela, sans oublier de dire ce qu'on a aimé également. Mais, calmement, lorsque l'on est rien que tous les deux, et que l'on ne risque pas d'être dérangé. L'on ne vexera pas si l'on ne se moque pas, si l'on est sincère. Et si toutefois l'on se vexe, c'est peut-être que l'on n'était pas encore assez mature pour envisager un rapport sexuel. Bref il faut parler : avant, pendant, après. La communication toujours, et encore. Il n'y a que comme cela qu'on sait les choses : avant pour dédramatiser et se détendre (cela n'empêche pas de prendre les devants et de se « lancer »). Pendant, pour savoir si on fait du bien ou du mal. Après pour savoir comment cela s'est passé. Mais toujours avec tact et finesse.

 

2)      Avoir envie : Avoir un rapport sexuel, que cela soit une pénétration, une fellation ou même des caresses, suppose d'en avoir vraiment envie. Que l'on soit fille ou garçon, il ne convient absolument pas de se forcer. Même pour faire plaisir. Cette première fois étant quelque part, unique, si cela se déroule mal, elle peut laisser un goût amer et « bloquer » pour les prochains rapports. Cependant, il ne s'agit pas non-plus d'être exigeant avec soi-même. Il ne faut pas se focaliser sur le plaisir qu'on souhaite apporter à l'autre. Ni se focaliser sur son plaisir à soi. L'essentiel est de se laisser aller, au maximum…

 

3)      Les complexes : Avoir un complexe peut vraiment bloquer la personne. Aussi c'est votre cas, plutôt qu'envisager faire cette première fois en pleine lumière, autant tamiser la luminosité, voir de faire cela dans le noir. La première fois, il faut se « préserver » : l'on ne se contraint pas à montrer ce qu'on ne veut pas montrer. Et l'on ne fait pas ce qu'on ne veut pas faire. D'un façon générale, mieux vaut parler du complexe à son partenaire. S'il est mature, il comprendra, s'adaptera et vous aidera à vaincre votre timidité. Le cas contraire, c'est qu'il s'agit d'un(e) idiot(e) ; mieux vaut laisser tomber cette relation, car elle est déjà mal engagée. Ce ne sera pas un bon partenaire. Ce sera donc quelqu'un d'autre ! la vie est courte, pas de temps à perdre avec les idiots. Et n'oublions pas qu'un « défaut » cela se compense toujours d'une façon ou d'une autre. A vous de trouver la votre, de façon.

 

4)      Pas comme dans un porno : Laissez tomber les films porno. Ce n'est pas la dedans qu'on va apprendre comment s'y prendre la première fois. Un porno est dénué de sentiments : l'objectif c'est le plaisir du mec et rien d'autre. Alors croire qu'une fille apprécierait pour sa première fois la sodomie ou se faire éjaculer dessus, tien d'un fantasme un peu primitif. Non, la première fois c'est affaire de délicatesse. Pas question de réaliser ses fantasmes, quels qu'ils soient. Ces derniers, seront à réaliser plus tard, avec une personne qui sera consentante bien entendu. La première fois on en est, logiquement, à savoir si l'on ne fait mal à l'autre. On s'excuserait même presque...Il ne faut pas aller trop vite, l'on ne se connait pas sexuellement. C'est seulement après, avec l'expérience que cela sera franchement plus facile, quand l'un et l'autre connaîtrons leur corps et donc sauront « s'en servir » ; pour le plaisir personnel et celui de l'autre !

 

5)      Il y a toujours une première fois : Pourquoi ? Parce que même chez les adultes qui ont l'expérience de la sexualité, avoir un premier rapport sexuel avec quelqu'un qu'on connait à peine (un nouveau compagnon), provoque du stress, et parfois de la maladresse. Et même si pendant des années l'on a eu des rapports sexuels 3 fois par semaine ! Alors les adultes « expérimentés » stress toujours…C'est bien que cette affaire n'est simple pour personne !

 

6)      Faire des essais avec son corps : Avant un premier rapport sexuel, connaître un minimum son corps est intéressant. Comment recevoir du plaisir ou en donner si l'on ne connait rien de soi ? Il ne faut pas hésiter à se toucher. Ne pas hésitez à d'abord découvrir soi-même des sensations. La masturbation, saine est naturelle en est un excellent moyen. Pour les garçon…comme pour les filles. Un mode d'emploi ? Aucun. Si vous chercher vous-même, vous trouverez sans problème.

 

7)      Les préservatifs : Le jour « J » avoir plusieurs préservatifs avec soi. L'on peut déchirer le caoutchouc par maladresse. Faire des essais avec avant n'est pas idiot du tout. Les garçons, on essaie de l'enfiler sur ses doigts, puis sur son pénis. On se masturbe avec pour voir ce que cela fait…Les filles sur les doigts, et on teste, la texture, le goût, la sensation. Des essais, toutes les générations ont en fais. Nos parents y compris…Y'en a même qui s'essaient au premier baiser en embrassant leur oreiller…Enfin, par de préservatif fantaisie : le risque est de se prendre « la honte » surtout pour une première fois. Laissez tomber la capote à tête de Mickey. Mieux vaut faire « basique ».

 

8)       Pas de drogue, d'alcool : L'alcool, la drogue rend encore plus maladroit. L'on n'a plus conscience de se que l'on fait. Et chez l'homme, cela provoque une baisse de la qualité de l'érection. Et bonjour l'haleine.

 

9)      Veillez à son intimité, ne pas être dérangé : Il y a mieux qu'une voiture pour une première fois. Le risque d'être surpris peut certes exciter, mais il peut calmer aussi les ardeurs. Aussi, mieux vaut choisir pour une première fois, un endroit confortable où l'on est certain ne pas être dérangé. Et pas de précipitation : justement, ne pas prendre son temps pas peur d'être surpris peut faire virer les choses à la catastrophe…

 

 

10)  Arrêter de lire des manuels, se laisser aller : C'est assez paradoxal puisque vous m'avez lu. Cependant, lisez des conseils sur la question de temps en temps, mais ne tombez pas dans l'obsession de vouloir bien faire à tout prix. Dites vous bien, que la première fois, vous ne « ferez pas très bien » comme dans 90% des cas, que l'on soit fille ou garçon. Alors pas de panique. Et puis n'oubliez pas, le sexe c'est tout de même une question de « feeling ». Enfin, il y avant tout des choses qui ne s'apprennent pas dans les livres, mais qui doivent se ressentir.

 

11)  Une bonne hygiène : Indispensable. Mais pas la peine de se laver les parties intimes au savon de Marseille. Bonjour l'irritation. On ne change rien ; le même savon que d'habitude, celui qui vous rend propre tous les jours. Cela dit une bonne hygiène, ne concerne pas que les parties génitales. C'est le corps entier.

 

12)  Préliminaires aidant la pénétration : Même si la fellation et le cunnilingus sont de bons moyens, ce ne sont pas les seuls, ni les meilleurs. Toutes les caresses (avec les mains, la langue), les bisous,  permettent l'excitation et donc facilite la pénétration. Il y a des zones qu'on appelle érogènes (qui donnent du plaisir). Mais chaque personne à ses préférences, d'où l'intérêt de prendre son temps et de les essayer pour alors se connaître : cou, lobe de l'oreille, seins (homme et femme), côtés du ventre (les parties obliques), parties génitales (vulve, clitoris, pénis, testicules), creux derrière le genoux, plante des pieds…Bref, il y en a quasiment partout. Le scrotum (partie juste avant l'anus) et l'anus, seront idéalement réservés aux couples qui se connaissent un minimum.

 

13)  Ca ne passe pas : Dès fois, à cause du stress, la vulve est trop serré ou ne se lubrifie pas et « cela ne passe pas » même avec un préservatif pourtant lubrifié. Ne surtout pas forcer : cela fera mal au garçon comme à la fille. Soit l'on utilise un gel lubrifiant à base d'eau, soit on réessaie les préliminaires. Pareil pour le garçon, l'érection peut ne pas être assez conséquente et le pénis pas assez dur pour pénétrer. Parfois, toujours à cause d'un trop d'excitation il peut y avoir éjaculation « précoce ». Dans tous les cas, même si frustrant, mieux vaut remettre cela la prochaine fois. Et ne pas se moquer, ni être agressif. Cela peut bloquer psychologiquement pour d'autres tentatives. Et puis, dès fois en discutant du problème, cela rassure. Et l'on peut peut-être se donner du plaisir « autrement » en attendant un nouvel essai un autre jour. Il faut noter que ces « pannes d'excitation et éjaculations précoces» arrivent même aux couples mariés…

 

14)  Pas d'âge : Enfin, il n'y pas d'âge pour se dépuceler. A mon cabinet, viennent consulter des hommes, des femmes, qui à 30 ans passés, n'ont eu aucun rapport sexuel. Même si le sexe est important pour s'accomplir dans sa vie, le sexe ne résume pas tout. Il y a d'autres sources de plaisir. C'est un plaisir parmi d'autres. Mais il ne faut cependant pas négliger cette source. Si l'on a un blocage par rapport à ça, mieux vaut consulter. L'on n'a qu'une seule vie, autant ne pas mourir idiot. Et c'est bien dommage de ne pas profiter de temps en temps, de ce que la nature nous a donné, et qui peut nous faire du bien.

 

Article publié dans le magazine "Belle", supplément du "Quotidien", Ile de la Réunion.



27/10/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres