PSYCHOLOGUE-ILE DE LA REUNION-974-psychothérapeute-974-ile de la Réunion-sexo-974, GOULOIS David

PSYCHOLOGUE-ILE DE LA REUNION-974-psychothérapeute-974-ile de la Réunion-sexo-974, GOULOIS David

Faire l'amour dans l'eau? Dr GOULOIS D, psychologue, La Réunion, 974.

L’amour dans l’eau, c’est dangereux ? Dr GOULOIS David, Psychologue, La Réunion, 974.

 

 

Essentielle:  Faire l’amour dans l’eau et «au sec» : quelle différence ?

 

GOULOIS David: A part les contraintes ou avantages (c'est selon) du principe physique d'Archimède, il n'y a aucune différence. Cela répond à un fantasme, assez banal, de sortir du lit conjugal voire même de transgresser un interdit social si c'est dans le domaine maritime...La peur/l'excitation de se faire attraper est également présente dans ce dernier cas.

Toutefois, l'eau, que ce soit dans la baignoire, dans la piscine ou dans la mer, ramène pour certaines personnes à un état de bien-être particulier. Les personnes évoquent un sentiment d'enveloppement, l'eau qui caresse le corps, le bruit des clapotis qui se rapprochent aux éventuels bruits du coït.. Chez d'autres, le fait de ne pas maîtriser leur environnement (l'homme n'est pas un animal aquatique) peu provoquer plus de gêne que de plaisir.

 

 


Essentielle: Que faut-il savoir avant de se lancer dans le grand bleu ?

 

GOULOIS David: généralement, c'est une pratique qui n'est pas "calculée", elle est plutôt le témoin d'une improvisation du moment. Donc on ne peut pas dire que cela se prépare tout le temps.

L'on sera prudent tout de même avec les personnes cardiaques et au risque d'hypothermie; d'insolation, pouvant provoquer le malaise et la noyade. C'est assez compliqué de ramener au bord, une personne plus lourde que soit.

Sinon, l'on fera peut-être attention à ne pas pratiquer trop près des coraux: au delà des griffures, il peut paraître gênant d'avoir à consulter et d'expliquer à son médecin traitant, que parce qu'un poisson fut envahi sur son territoire, on aura perdu un morceau de son propre appendice...

 

 


Essentielle: En faisant l’amour dans l’eau, il y a-t-il des risques à contracter une infection, MST ?

 

GOULOIS David: comme dans un rapport lambda, le pénis qui rentre dans un orifice peut être contaminé ou contaminant. Ce n'est pas parce qu'on batifole dans l'eau, que cette dernière "lavera" l'orifice ou le pénis, les débarrassant de leurs agents microbiens. L'eau ne rentre pas en quantité suffisante dans la zone de pénétration et surtout, les sécrétions de chacun qui sont donc porteuses de la plupart des infections sexuelles graves, resteront à l'abris de l'eau au sein même de l'orifice (chez l'homme, la sécrétion sexuelle est bien présente de façon sporadique, tout au long de l'excitation). Donc le risque de contamination reste toujours le même.

Par contre, le sable, la terre, bref le sol, peuvent potentiellement être aux aussi contaminant et l'on peut contracter une infection qu'on considère (à tort) comme habituellement sexuellement transmissible sans contact sexuel, comme les mycoses. La clamydiose, autre exemple, se contracte également grâce à un simple peau à peau...

 

 

 


Essentielle: Le rapport peut-il être plus douloureux pour la femme ?

 

GOULOIS David:  Le froid peut provoquer une contraction des différents muscles et rendre la pénétration plus compliquée et donc douloureuse. Le sel de mer peut irriter l'intérieur des parois vaginales, ordinairement protégées par le maillot de bain et les lèvres. Cela peut impacter sur la lubrification du vagin. Les postures employées, peuvent également provoquer des douleurs dorsales ou musculaires. C'est alors à chacun de trouver ses limites.

 


Essentielle : Est-ce que la capote craint l’eau ?

 

GOULOIS David: A priori elle est étanche. mais je ne connais pas d'étude concernant l'impact du sel sur son usure. C'est tout de même un outil qui n'est pas confectionné pour cette pratique. Mais déjà, il faut réussir à le mettre sous l'eau. D'autant qu'une bulle d'air peut apparaître au bout du caoutchouc, bulle à évacuer pour limiter les risques de déchirement du condom...Aussi, si moins de lubrification, il y a risque de déchirement du préservatif. Enfin, l'eau qui rentre dans le préservatif risque de limiter l'adhérence au pénis.

Il reste si l'on insiste, à le mettre avant d'entrer dans l'eau, mais ce n'est pas si pratique à la plage: car il faudra que l'érection se tienne jusqu'à la mise à l'eau....On imagine le regard amusé des plagistes... Mais il faut savoir ce qu'on veut aussi!

Toutefois, si les choses furent faites dans une petite quantité d'eau, comme la baignoire, il faudra retirer le préservatif en dehors de l'eau pour éviter toute contamination.

 

 Publié dans le magazine Essentielle.



07/03/2018
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres